Les feux de jardin et de déchets sont interdits: mais savez-vous pourquoi?

 

L ’incinération sauvage (feux de jardin, de déchets ménagers ou de chantiers) est interdite en France. L’article 84 du règlement sanitaire départemental stipu-le que

« le brûlage à l’air libre des déchets est interdit » et passible d’une amende de 450€.

Mais savez-vous pourquoi ?

La nocivité des feux de jardin n’est plus à prouver !

La plupart des gens qui brûlent des déchets de jardin brûlent aussi papiers ou autres déchets, toujours plus de fumées nocives dans l’air que nous respirons.

La pollution atmosphérique peut affecter la qualité de l’air dans les maisons et aggraver les problèmes de santé tels que l’asthme, la bron-chite, l’emphysème ou les maladies cardiaques.

Le compostage ou les parcs à conteneurs sont des alternatives moins polluantes mais aussi renta-bles pour la société.

Le saviez-vous ?

L’incinération sauvage d’1 kilo de déchets ménagers pollue l’environnement autant que le traitement de 10 tonnes des mêmes ordures dans une usine d’incinéra-tion moderne équipée de filtres. Ainsi, la pollution at-mosphérique à la campagne peut être supérieure à celle de certaines villes lorsqu’il y a des feux. De plus, contrairement à ce qu’il se passe dans les incinéra-teurs, les produits toxiques dégagés par ces foyers sont libérés à proximité du sol et retombent donc dans les environs.

Les feux de chantier et de déchets ménagers aussi

Lors de la combustion de déchets de chantiers et au-tres, l’air se charge de substances toxiques parmi el-les : des métaux lourds (dont le plomb, le cadmium et le mercure), de nombreuses molécules de la famille des dioxines, des hydrocarbures aromatiques polycy-cliques, des particules fines et des gaz toxiques. Les effets durent très longtemps, par ex : 1gr de mercure pollue 1m3 de terre pendant 100 ans.

Parmi les nombreux effets sur la santé, on peut citer les troubles respiratoires et nerveux, la baisse du sys-tème immunitaire, le pouvoir cancérigène et tératogè-ne. L’exposition directe aux fumées augmente les ris-ques.

Les feux de chantiers polluent d’abord le sol et le jardin de la maison en construction alors qu’une famille va s’y installer avec de jeunes enfants et un probable po-tager à venir.

La loi oblige le constructeur et les artisans à emmener en déchèterie les déchets de chantier, le propriétaire payant cette prestation. Alors pourquoi payer et avoir son jardin pollué ?

Nos potagers

Les fines particules de dioxines contenues dans les fumées de combustion de bois traités, d’emballages, et d’autres déchets ménagers retombent sur le sol, se déposent sur les légumes du jardin. Sont concernés les légumes ayant des feuilles larges qui deviennent de véritables capteurs à dioxine. En les consommant les hommes et les animaux font entrer la dioxine dans la chaîne alimentaire. Celui qui incinère des déchets dans son jardin enrichit sa nourriture et celle des voisins en produits toxiques.

Le chauffage au bois n’est pas sans risque, voici quelques conseils :

Ne jamais brûler de bois tiré de l’eau salée. La combinaison du chlore et de la fumée produit la dioxine et le furanne, deux substan-ces cancérigènes.

Ne jamais brûler dans sa cheminée de déchets, de plastique, de papier glacé, de carton ou de styromousse qui relâchent des substances toxi-ques dans l’air intérieur et extérieur.

S’exposer à la fumée de la combus-tion de bois traité ou peint, de pan-neau de particules agglomérées ou de contreplaqué comporte des risques pour la santé. Le bois traité à l’aide de vernis et d’agents d’étanchéité, ou prove-nant de vergers et arrosé de pesticides, ainsi que le bois traité sous pression contiennent des produits chimiques toxiques. Leur combustion dégage des substances toxiques, par la fumée ou par les cen-dres qui sont par la suite jetées dans l’environnement et qui peuvent polluer durablement le sol de votre jardin.

Voisinage et civisme

L’incinération sauvage est illégale et n’a donc pas lieu d’exister. Surtout dans les jardins à proximité des maisons et des populations. La fumée se répand chez vos voisins et les indispose en provoquant une gêne respiratoire, pouvant être grave pour certaines personnes sensibles (école, crèche, personnes âgées…) mais aussi par imprégnation d’odeurs ou dépôts sur les linges et l’intérieur des habitations.

Les feux sont source d’incidents de voisinage, d’actes d’incivilités et de plaintes en mairie et gendarmerie.

Alors, profitez des différents moyens mis à votre disposition pour ne PLUS faire de feux de dé-chets ! Vous avez à votre disposition :

d es composteurs (à demander en mairie) ;

des ramassages de végétaux 2 fois par mois ;

le broyeur CLDD disponible sur demande au 05 34 27 52 97 ;

des ramassages d’ordures ménagères 2 fois par semaine ;

quatre déchèteries ouvertes même le dimanche (L’Union, Garidech, Verfeil, Saint-Alban), et lors de travaux : faites respecter l’obligation de transporter les déchets en centre de traitement par votre entrepreneur.

3 Réponses

  1. Prévoir seulement l’option « j’aime » n’est pas très fair play …

    En ce qui me concerne je ne brûle QUE les petits déchets de bois suite à taille de mes quelques arbres (et ceci, dans un incinérateur de jardin).
    Je ne brûle JAMAIS de déchets ménagers ou de papiers : j’ai des poubelles pour cela.
    Les grosses branches en particulier des résineux suite à élagage éventuel sont portées à la déchetterie.
    Plutôt qu’une interdiction lapidaire et sans nuance qui sera peu appliquée, une règle bien décrite (sur la base du texte ci-dessus par ex.) aurait constituée une nuance intelligente et modérée.
    Cette interdiction globale n’aurait-elle pas pour origine la pénalité infligée à la France par la commission européenne en raison de notre taux élevé de particules atmosphériques ?

    Si oui il faudrait alors prévoir la publication annuelle de l’effet de cette mesurette cache-misère …si le moyen de la contrôler existe !

    Il est plus facile d’interdire aux jardiniers de brûler leurs déchets végétaux que d’interdire de rétablir le transport des marchandises par trains et péniches pour réduire la pollution.

    Quant à la fumée gênante pour le voisinage : a-t-on pensé aux zones rurales dont les habitants disposent parfois de plusieurs milliers de mètres carrés de terrain : j’ai 2000 m2, les voisins ont des barbecues et nous ne nous gênons pas.
    Nuance encore.

    Enfin concernant les cheminées à foyer ouvert également sur la sellette : Comment va-t-on s’assurer du respect de cette décision par les utilisateurs occasionnels qui s’offrent quelques soirées au coin du feu lors des nuits d’hiver ?
    Nuance encore.

    Commission quand tu nous tient…

  2. Oui, je suis en accord avec cette réponse. Une européenne me dit un jour:  » vous en France, vous ne prenez que les mauvaises règles européennes! ». En effet, celui qui brûle essentiellement les déchets verts de son jardin où aucun produit chimique n’y est utilisé, pollue bien moins que tous ces « beaufs » qui font des barbecues à outrance avec des produits de démarrage à base de pétrole, que ces sociétés de terrassement, de maçonnerie, et j’en passe …faisant des feux illégaux mais où les mairies ferment les yeux aux vues des enjeux économiques et sociaux sur leurs communes! Parlons de l’écobuage, cette technique utilisée depuis des siècles, qui est d’un bénéfice pour la terre cultivable, pourquoi l’interdit-on? C’est sur, il vaut mieux utiliser des produits des laboratoires Monsanto afin d’enrichir ses actionnaires et autres. Ces politiques et citadins qui ne connaissent rien à la terre (je me souviens de Mr Lemaire, Ministre de l’Agriculture qui pensait qu’un hectare correspondait à 1000m2 et que les pommes se ramassaient en janvier puisqu’on les mangeait à cette époque !!!), et qui nous obligent à nous rendre à des KM (utilisation des véhicules) pour déposer nos déchets verts dans des déchèteries grassement subventionnées par l’Europe.
    Quand est-ce que les français intelligents prendront le pouvoir? Jamais je pense…
    Régine SZ

  3. bonjour nous commençons à trouver autour de nos villages des déchets verts, car interdiction de brûler dans les jardins.
    certaines personnes taillent leurs haies puis les jettent dans les forets.
    je ne pense pas que cette interdiction a apporté une meilleure dépollution.
    bizarrement on trouve ces déchets végétaux aux abords des villages application cette interdiction en hiver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :