Revue de presse CLDD 24 06 2011

SOMMAIRE

Pesticide : le ministère de l’Agriculture autorise le Cruiser OSR

Micropolis : butiner avec les apiculteurs.

Eau : Situation préoccupante sur le réseau Adour-Garonne.

Villemur-sur-Tarn. Le Pays Tolosan propose son premier marché gourmand.

A la rencontre des marmottes.

Les envoûtantes essences des Jardins de Sortilège.

Montaut. Un composteur pour l’ école.

Propreté : la mairie signe une convention avec les fast-foods pour réduire les déchets.

Lapeyrouse-Fossat. Nouveau : le coin des bouquins.

Pesticide : le ministère de l’Agriculture autorise le Cruiser OSR

PARIS — Le ministère de l’Agriculture a confirmé avoir autorisé la mise sur le marché du pesticide Cruiser OSR, destiné au traitement du colza, controversé pour ses effets potentiels sur la santé des abeilles.

Sa décision avait été dévoilée jeudi par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) qui avait dénoncé un « nouveau coup porté » aux abeilles.

« Cette autorisation fait suite à l’avis favorable de l?Agence nationale de sécurité sanitaire du 15 octobre 2010 qui conclut que l »usage de la préparation Cruiser OSR sur (les) semences (de crucifères) satisfait à l?ensemble des conditions de sécurité requises », précise le ministère dans un communiqué publié jeudi soir.

Toutefois, prévient-il, cette autorisation pourrait faire l’objet d’une « suspension en cas d’incident ».

Commercialisé par le groupe suisse Syngenta Agro, le Cruiser OSR contient deux fongicides et un insecticide, le thiaméthoxam, qui inquiète les apiculteurs car, selon eux, il se retrouve dans la sève et jusque dans les fleurs des plantes, et reste dans la terre pendant trois ans, contaminant les cultures suivantes.

« C’est un nouveau coup porté à nos abeilles. Nous constatons avec dégoût le désintérêt du ministère pour notre cause et nous redoutons un printemps silencieux dans les plaines du colza », avait déclaré le président de l’Unaf, Olivier Belval, dans un communiqué jeudi.

Selon le ministère, le Cruiser OSR est déjà utilisé dans l’Union européenne sur plus de 2.800.000 hectares, soit 2 hectares sur 5, et il a permis de « supprimer un à deux traitements insecticides des feuilles de plein champ ».

Un autre pesticide de la famille Cruiser, le Cruiser 350 utilisé pour la protection des cultures de maïs, a donné lieu à des cas avérés d’empoisonnement des abeilles.

Publié le 18/06/2011 12:03 | LaDepeche.fr

Micropolis : butiner avec les apiculteurs

Micropolis, la cité des insectes située à Saint-Léons, entre Millau et Roquefort, organise un rendez-vous afin de butiner autour de ses ruches pour fêter les journées nationales APIdays.

C’est dans ce cadre que les apiculteurs de l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF) et leurs partenaires invitent le public, les 17 et 18 juin, aux secondes Journées nationales du programme « Abeille, sentinelle de l’environnement » : des rendez-vous festifs, pédagogiques et militants proposés gratuitement autour des ruches implantées au cœur de plus de 50 villes et, bien sûr, dans les campagnes.

Au programme du samedi qui débutera à 14 heures et se clôturera à 17heures : des animations « famille » avec dégustations, jeux sur les sens… des expositions pédagogiques, des ateliers, un quizz national APIdays, un tirage au sort.

Mais également, une conférence avec le docteur Marc-édouard Colin, une visite du rucher suivie de l’extraction et de la dégustation du miel.

Ce dispositif lancé fin 2005 par l’UNAF a pour objectif de défendre et soutenir la survie de l’abeille et de l’apiculture sur l’ensemble de notre territoire. Un projet qui a reçu le label « Année internationale des forêts » faisant ainsi de l’abeille une cause nationale,

Micropolis, partenaire du programme « Abeille, sentinelle de l’environnement » depuis 2008, fête APIdays autour de son rucher et des apiculteurs du Syndicat de l’abeille de l’Aveyron.

Préserver la biodiversité

En s’associant à cette opération, la cité des insectes concrétise son soutien pour la préservation de la biodiversité et renforce la sensibilisation du grand public.

Voilà plusieurs années déjà que Micropolis est engagée dans certaines actions telles que la création d’une station d’expérimentation sur la biodiversité en 2005, l’organisation d’un colloque international en 2006, l’ouverture d’un espace d’exposition en 2008, la mise en place d’un système e-ruche en 2010 et la coproduction d’un film en 3D « Jour de miel » en 2011. Ce qui prouve la richesse de cette cité.

Publié le 24/06/2011 07:57 | LaDepeche.fr

Eau : Situation préoccupante sur le réseau Adour-Garonne

Le Grand Sud-Ouest a subi son printemps le plus sec et le plus chaud depuis 50 ans ! Et même si les quelques averses de ce mois de juin accordent un peu de répit, la situation reste préoccupante sur le front des ressources en eau. Le lâcher d’eau des centrales d’EDF n’est ainsi décalé que d’une quinzaine de jours. Avec un débit de 120m3/seconde sur la Garonne, il coule actuellement deux fois moins d’eau que d’habitude; la retenue de Montbel n’est remplie qu’à 60% et les niveaux des nappes phréatiques restent bas… L’agence de l’eau Adour-Garonne qui a tenu hier une réunion sur les enjeux liés à la sécheresse, annonce d’ores et déjà qu’on n’échappera pas aux limitations de prélèvement d’eau cet été sur l’axe Garonne. D’autant que les prévisions météorologiques tablent sur le retour d’un temps estival avec des températures supérieures à 30°. Outre ces mesures d’urgence, l’agence œuvre pour mettre en place de solutions permettant de garantir des débits suffisants, réduire les gaspillages en améliorant la performance des réseaux, en prônant une irrigation moins intensive, en soutenant les projets agricoles moins gourmands en eau… Autant d’actions décisives pour tenter de contrer les effets de ces épisodes très secs.

Publié le 23/06/2011 08:48 | LaDepeche.fr

Le 26/06/2011

Villemur-sur-Tarn. Le Pays Tolosan propose son premier marché gourmand

Dimanche 26 juin, la commune de Villemur aura l’honneur d’accueillir sur la place du souvenir de 10 heures à 18 heures, le premier marché gourmand du Pays Tolosan.

Après la publication du guide « Balade gourmande » le Pays Tolosan souhaite poursuivre son soutient à l’agriculture locale et valoriser ses producteurs. Au cours de cette journée, les participants pourront découvrir les produits et l’artisanat du territoire dans une ambiance festive et estivale, autour de nombreuses animations.

Sur le marché gourmand, une vingtaine de producteurs locaux proposeront des dégustations . Expositions photos sur Venise et sensibilisation aux plantes comestibles sauvages à la Tour de défense.

– Spectacles avec l’école de musique de Grenade (musique brésilienne) et clown dansant « Baltazar Roucaillou ».

– De 11 heures à 12 h 30, apéritif aux vins de Fronton.

– Jeux avec ludothèque mobile « Tour de jeu » (10 grands jeux d’adresse en bois).

– Découverte du patrimoine de Villemur, Tour de défense, Greniers du Roy, le musée Emile Poliakof (marionnettiste).

Parmi les produits du marché proposés par les producteurs locaux et régionaux, les visiteurs pourront apprécier les diverses dégustations allant des melons de Patrick Estabes aux confits et foie gras de Philippe Dejean. Coté restauration rapide, Magali Svobodny productrice de volailles fermières et Joelle Itié fruit et légumes proposeront leurs assiettes gourmandes qui se dégusteront accompagnées de vins de Fronton également présent sur le marché.

Pour Joelle Itié productrice « Les jardins de Julie » qui exploite en Gaec 3 hectares de fruits et légumes en agriculture raisonnée, à Villemur : « l’initiative prise par le Pays Tolosan d’organiser un premier marché gourmand sur la commune de Villemur est une très bonne chose pour notre noyau de producteurs locaux, il représente une large vitrine et valorise notre engagement quotidien afin d’améliorer sans cesse la qualité de nos produits».

Publié le 21/06/2011 14:42 | LaDepeche.fr

Du 01/06/2011 au 30/09/2011

A la rencontre des marmottes

Dans la vallée du Luchonnais, au pied du pic du Céciré, il est possible d’observer des marmottes dans leur milieu naturel. Ne pas oublier les jumelles pour une observation plus lointaine et respectueuse d’animaux très sensibles aux bruits et qui se cacheront dans leurs galeries souterraines à la moindre alerte ! Soyez attentifs et silencieux et vous aurez peut-être la chance d’apercevoir également cerfs et biches qui fréquentent les bois environnants.

A partir de Luchon, prendre la direction du col de Peyresourde par la D 618. Au village de Castillon-de-Larboust, se diriger vers les granges de

Labach. Se garer et marcher le long de la rivière environ 1 h 30 jusqu’à une cabane de berger. A partir de ce point, vous apercevrez des terriers.

Renseignements : Bureau des guides, 66 allées d’Etigny à Luchon. Tél. : 05 61 79 69 38, www.bureau-guidesluchon.com

Publié le 21/06/2011 14:32 | LaDepeche.fr

Du 01/06/2011 au 30/09/2011

Les envoûtantes essences des Jardins de Sortilège

Qu’elles soient médicinales, aromatiques ou aphrodisiaques, les plantes ont un long passé commun avec l’homme… C’est cette histoire qui vous est contée au cours des promenades aux Jardins de Sortilège.

Nichés au pied du Cagire, qui culmine la vallée d’Aspet à près de 2000 mètres, les Jardins de Sortilège sont un enchantement. Sitôt passé le large portail en bois, le visiteur accède à un jardin intimiste et secret comme il en existe peu.

Décliné en nombreux petits clos, ce sera alors l’occasion de découvrir sept jardins différents. Le jardin du temps et ses « plantes cueillette » de la Préhistoire ; le jardin médicinal et son herboristerie ; le jardin des délices, un petit coin de paradis offrant une palette de couleurs et parfums surprenants ; le jardin de curé, clos propice à la méditation avec des allées en forme de croix, une fontaine purificatrice et des plantes à connotation religieuse ; le jardin de sorcière regorgeant de plantes toxiques, protectrices ou aphrodisiaques ; le jardin naturel, sa mare, son muret en pierre et sa prairie ; et enfin le jardin potager bio et ses légumes parfois insolites. En tout, plus d’un millier d’espèces végétales sauvages et cultivées se côtoient ici. Une visite qui ne laisse pas indifférent. Grandeur nature !

Le jardin de la sorcière regorgeant de plantes toxiques, protectrices ou aphrodisiaques…

En résumé :

Détente

Jardins de Sortilège

En juillet et août

Sengouagnet

Tout public

Tarifs : de 6 € à 3 € (gratuit moins de 6 ans).Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10h à 12h et de 15h à 18h l’après-midi.

Publié le 20/06/2011 08:50 | LaDepeche.fr

Montaut. Un composteur pour l’ école

Dernièrement, les enfants de l’école de Montaut avaient rendez-vous avec le SMECTOM pour leur présenter un moyen efficace de réduire nos déchets et cela de façon importante.

Les agents de la restauration scolaire et les enseignants n’ont pas hésité à faire appel à lui pour qu’il apprenne aux enfants les bons gestes pour transformer une partie des déchets organiques de la cantine et de l’école en un bon terreau qui viendra enrichir leur futur jardin. L’agent du SMECTOM a d’abord présenté aux enfants des panneaux explicatifs sur l’intérêt et les bons gestes du compostage, puis les enfants se sont rassemblés autour de lui malgré l’orage menaçant pour le montage du composteur.

Les panneaux vont rester quelques jours dans le hall de l’école pour les parents d’élèves. Quant au composteur, il est prêt pour un remplissage progressif permettant une valorisation simple et efficace des déchets végétaux (sans odeur malgré les appréhensions !). D’autres activités pour apprendre à trier et donc permettre le recyclage d’une partie des déchets sont envisagées pour la prochaine année scolaire.

Publié le 23/06/2011 09:05 | F. V.

Propreté : la mairie signe une convention avec les fast-foods pour réduire les déchets

Papiers gras, gobelets en carton, paille en plastique… Une panoplie classique abandonnée aux abords des fast-foods du Grand Toulouse qui, dans le cadre du Défi propreté, est amenée à disparaître. Hier, dans la salle des commissions du Capitole à Toulouse, l’ensemble des responsables des établissements Quick et McDonald’s se sont retrouvés autour d’Alexandre Marciel, vice-président de la commission voirie et propreté représentant la communauté urbaine, afin de signer une convention pour « réduire les emballages jetés sur la voie publique ». Un texte qui fait partie des 100 mesures du Défi propreté lancé récemment par le Grand Toulouse. « Vous n’êtes pas directement à l’origine des déchets. La source de ces déchets sauvages, c’est l’incivisme des clients », insiste Alexandre Marciel.

Le responsable du McDonald’s de Montaudran acquiesce. « Sur une semaine, 80 % des déchets que nous ramassons, entre notre restaurant et la Cité de l’espace, ne viennent pas de McDonald’s. Ce sont des bouteilles en verre, des sacs plastique… », explique-t-il. Comme il s’y engage en signant la convention, il ira désormais au-delà de son métier. « On vous demande d’augmenter le nombre de corbeilles, d’être au mieux des ajustements des outils de la propreté », insiste Alexandre Marciel. Très vite, il rappelle : « On vous demande de participer et de donner un coup de main dans un périmètre déterminé ». Pour cela, chaque restaurant, en collaboration avec son référant du grand Toulouse, devra tracer son secteur d’intervention sur une carte et déterminer les plages horaires. « À des heures où nos services ne peuvent plus passer pour une raison quelconque, vous allez prendre en charge la propreté de ce périmètre déterminé », explique Alexandre Marciel. Des opérations qui ont déjà lieu. Place Wilson, par exemple, Quick et McDonald’s ne sont pas absents sur le terrain du ramassage des détritus. « Si j’ai des emballages McDo, je les ramasse. Je pense que lui, il fait la même chose avec les nôtres. Notre objectif : que ce soit propre », explique un responsable de Quick. Forcément, cette signature va, pour les deux sociétés, dans le bon sens en matière d’image. Un responsable de McDo conclut : « Je souhaite qu’un jour, on puisse communiquer sur ce sujet comme on le fait avec la nutrition ». De là à vanter les mérites du recyclage du carton au lieu de celui d’un cheese, il n’y a qu’un pas.

Publié le 22/06/2011 08:11 | LaDepeche.fr

Le 22/06/2011

Lapeyrouse-Fossat. Nouveau : le coin des bouquins

L’association « Loisir et culture » de Lapeyrouse-Fossat vous propose une nouvelle section « Le coin des bouquins. »

Cette bibliothèque associative ouvrira ses portes au public mercredi 22 juin à 16 heures. Le local se situe au coin de la façade de la maison des associations.

L’entrée est commune avec le bureau de permanence de «Goupama». La bibliothèque sera ouverte cet été tous les mercredis après-midi de 16 heures à 19 heures. L’adhésion est de 2€/an par adulte ; 1€/an par enfant. Exceptionnellement toute adhésion effectuée à partir du 22/06 prendra fin le 31/08/2012.

Le bibliobus continuera d’effectuer ses tournées sans aucun changement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :