Réunion publique du 2 avril

Samedi 2 avril à 9 h 30, dans la salle des Fêtes de la mairie, le Conseil Local de Développement Durable organise une réunion publique, pour présenter ses principaux projets 2011 : cette action se déroule dans le cadre de la ‛‛Semaine du développement durable‛‛.

Au programme :

– un rappel des actions et projets du CLDD, un regard sur l’année écoulée,

– une présentation de l’analyse des réponses au questionnaire de ‛‛L’agenda 21’’ sur les attentes des habitants de la commune,

– la présentation du projet ‛‛Carapatte/Pédibus’’ que l’association des parents d’élèves va lancer début mai

– et, pour l’arrivée du printemps, une discussion autour de l’objectif ‛‛Zéro déchets verts’’ avec des témoignages de jardiniers et le soutien de l’association Coteaux 21.

Un apéritif Lapeyrousien sera offert par la mairie, avec des produits de producteurs et commerçants locaux.

 

Publicités

Enquête collaborative sur le prix et le service de l’eau

Opération Transparence

L’Opération Transparence vise à établir une cartographie complète du prix du service de l’eau en France.

Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture d’eau relève du parcours du combattant.La loi prévoit que chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet : prix, qualité, performance du service….

C’est pour répondre à cette nécessité que l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) lance en 2008 l’observatoire de l’eau. Objectif : réaliser une base de données des services de l’eau en France accessible à tous. Aujourd’hui, seules 5% des collectivités l’ont renseignée malgré leur obligation légale.

Ce manque de transparence et de données, pourtant publiques, nous empêche de connaître le prix du service mais aussi la qualité et la disponibilité de la ressource qui coule directement de notre robinet.

C’est pourquoi France Libertés et 60 millions de consommateurs ont lancé le 22 mars 2011, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, une Grande Enquête collaborative pour établir une cartographie complète du prix du service de l’eau en France : combien coûte l’eau, commune par commune, quels services se cachent derrière ce prix, qui gère l’eau…

Cette Grande Enquête citoyenne sera accompagnée d’une plateforme de partage d’informations et de contenus pédagogiques visant à informer et à sensibiliser les citoyens et les élus : http://www.prixdeleau.fr

Grâce à ces nouvelles technologies, il sera possible d’engager à la fois les citoyens et les élus à compléter cette base d’informations qui regroupera, d’une part, les données publiques que possède l’ONEMA, et, d’autre part, les chiffres dont disposent les usagers de l’eau par l’intermédiaire de leur facture (consommation et tarification), mais aussi à s’informer et à s’approprier les grands enjeux de l’eau.

Les résultats commentés seront accessibles en ligne sur http://www.prixdeleau.fr en mars 2012, alors que Marseille accueillera le Forum Mondial de l’Eau.

Notre ambition est de mobiliser les collectivités grâce à l’élan citoyen sur la question de la transparence des informations publiques en vue d’avoir une situation plus claire au niveau national. C’est en nous mobilisant sur le long terme pour défendre l’eau comme « Bien Commun de l’Humanité » que nous pourrons en faire une priorité politique. Nous avons donc un an pour faire que le droit à l’accès à l’eau et à l’assainissement retrouve sa place dans notre quotidien.

Qu’est-ce que le BRF?

Qu’est-ce que le BRF?

Le BRF ou Bois Raméal Fragmenté est obtenu en broyant plus ou moins finement des rameaux de bois et de jeunes branches ne dépassant pas 7 cm de diamètre provenant de feuillus ou de résineux. Cette technique venue du Canada est arrivé en Europe il y a moins de 10 ans.

A quoi sert le BRF?

Le BRF est une accélération de processus pédogénétique en oeuvre dans la forêt, c’est une nourriture naturelle pour le sol. Son utilisation rend caduque l’utilsation d’ engrais ainsi ou de biocides et limite grandement les arrosages. Avec le BRF, un équilibre va s’établir entre la terre, le bois, les champignons qui s’en nourrissent et les plantes en culture.

Les rameaux contenant le nutiment de l’arbre sont digérés par les champignons et transformés en humus. La faune active se nourrit des champignons tout en libérant les minéraux necessaires à la plante.La stucture et la nature du sol s’en trouvent ainsi amélorés.

Comment et quand faire son BRF?

Décembre: broyage du petit bois de feuillus ou de résineux. Ne pas exceder 20% de résineux dans le mélange. Le broyage fin permet un travail plus facile des bactéries et des champignons et donc une décomposition accéléree. Epandage sur une épaisseur d’au moins 3 cm du broyat.

Février: incorporation du BRF a la terre de culture sur les premiers centimètres.

Printemps: premiers semis. Plusieurs écoles s’affrontent. Certains préconisent de gratter légèrement le BRF et de faire le semis en terre d’autres sèment directement dans le BRF. A vous d’expérimenter..

Deux ou 3 ans plus tard : Le BRF a totalement disparu, transformé en humus. Il est temps de recommencer.

De : http://www.jardin-bio.net/brf.htm

le 15 Mars. Film sur ARTE : Notre poison quotidien

Film sur ARTE le 15 Mars: Notre poison quotidien

Plus de 100 000 molécules chimiques ont envahi l’alimentation depuis une cinquantaine d’années. Comment sont évalués et règlementés ces produits, les pesticides, les additifs et plastiques alimentaires ? Existe-t-il un lien entre l’exposition à ces substances et l’augmentation des maladies dans les pays occidentaux, telles que le cancer, les maladies auto-immunes, les maladies neurologiques, les troubles de la reproduction ou le diabète ? La réalisatrice, déjà auteur d’un documentaire engagé sur la firme d’OGM Monsanto, «Le Monde selon Monsanto», en 2008, conclut que l’origine de ces maladies est avant tout environnementale.

Revue de presse CLDD 12 03 2011

SOMMAIRE

Photovoltaïque : le « quasi arrêt de mort » d’une usine.

Seysses. En visite à la ferme photovoltaïque.

Gaz de schiste: pas de rencontre avec Sarko.

Mieux connaître la Garonne.

Fleurance. « Prioriterre » avec Marie-Anne Menoud.

Ramonville-Saint-Agne. Petits écolos à la ferme.

Sauver les rivières naturelles.

Puylaurens. Des économies d’énergie en éclairage public.

Le danger des chenilles.

Ces pesticides qui nous veulent tellement de mal

Controverse pour l’usine d’huile de palme.

Montastruc-la-Conseillère. Le pédibus recherche des bénévoles.

Moissac. «Covoiturons sur le pouce» fait des émules et s’exporte.

Nègrepelisse. Moins de pesticides pour traiter les platanes.

De l’huile de friture dans les réservoirs.

La meilleure façon de fleurir son jardin.

Lire la suite

Revue de presse CLDD 03 03 2011

SOMMAIRE

Nègrepelisse. Un nouveau dispositif pour lutter contre les frelons.

Rodez. Réduire les déchets, bientôt une obligation.

Mazamet. Un salon pour les nouvelles énergies.

Villefranche-de-Lauragais. L’éclairage du parking est économique.

Gaz : création d’une prime à la casse pour les chaudières.

Pas si écolos les ampoules « vertes ».

Saint-Geniès-Bellevue. Coteaux 21 : de quel bois ils se chauffent

Elagage dans le respect de l’environnement

Le naufrage des épavistes.

La sixième crise d’extinction massive des espèces a déjà commencé.

Un nouveau film 3D sur les abeilles à Micropolis.

Lire la suite